3 janvier ~ La terreur

janvier-03

Mon précieux Enfant intérieur n’a pas peur

Lorsque j’étais enfant, l’obscurité me terrifiait. Des monstres s’agitaient sous mon lit et dans le garde-robe. Des cambrioleurs pouvaient à tout instant faire irruption dans ma chambre. Les bruits de la nuit m’alarmaient, les ombres me paraissaient menaçantes. Alors j’ai appris à fermer les paupières et à dormir jusqu’au petit matin, qui faisait fuir la terreur.

Je sais à présent que la nuit n’est pas porteuse de terreur, si ce n’est ma propre peur. Ce soir, je me lierai d’amitié avec l’obscurité. Je serai à l’écoute des bruits de la nuit et je découvrirai ce qu’ils sont vraiment. Cette porte qui s’ouvre dans un lent grincement est en réalité le craquement de l’écorce d’un arbre. J’entends les bruits de moteurs des employés faisant le quart de nuit alors qu’ils se rendent au travail. J’entends les pleurs d’enfants qui veulent qu’on les serre très fort.

Pendant que j’écoute d’une oreille nouvelle et que je vois d’un regard neuf, je découvre que la vie continue malgré l’obscurité, que le jour et la nuit forment une même journée.

 

tiré de : Rokelle Lerner, L'Enfant intérieur - Un jour à la fois, Ed. Modus Vivendi, 1994
illustration : arc-en-ciel matinal ... 30 décembre 2012, sur les hauteurs du lac