4 mai ~ Aimer

 

EnfInt-image-0504-aimer

Peu à peu, j’apprends à accorder ma confiance et mon amour

J’ai peur que tu m’aimes. De tout mon être, je m’écrie intérieurement : « Ne m’aime pas ! Je ne veux plus avoir mal ! » L’amour est synonyme de souffrance émotionnelle. L’amour égale douleur. L’amour est porteur de promesses rompues, de mensonges et de sarcasme.

Du moins, c’est ce que l’amour sous-entendait dans ma famille d’origine. Ses implications peuvent différer à présent.

Les chats s’arrêtent devant une porte entrouverte, remuant la queue. Ils soulèvent leurs oreilles, aux aguets, évaluant avec précaution leur sécurité s’ils franchissent le seuil. Puis, en un éclair, ils bondissent vers la porte. C’est souvent ainsi que je réagis devant l’amour.

Aujourd’hui je ferai preuve de prudence en approchant l’amour. Je ne m’y jetterai plus tête première. Je m’ouvrirai peu à peu à quelqu’un que j’estime, en qui je peux avoir confiance. Je laisserai quelqu’un m’aimer en sachant que je suis digne de cet amour.

texte : Rokelle Lerner, L'Enfant intérieur - Un jour à la fois, Ed. Modus Vivendi, 1994
illustration : tu m'aimes ? je cours, je vole, vers toi ... et si d'abord je regardais en moi ? ...