7 avril ~ Les transitions

EnfInt-image-0407-coin-pecheur

©Jacky Hairault, °Coin de pêche°

 

Aujourd’hui je sens battre en moi une vie nouvelle

Natalie Goldberg écrit à propos d’une enseignante qui lui dit un jour : « Regardez sous les pupitres. Il y a de la boue sur le plancher. C’est bon signe. Cela veut dire que c’est le printemps. »

Les transitions ne s’opèrent pas proprement. Aux premiers jours du printemps, l’hiver frissonne encore. Lorsque le manteau de neige dévoile enfin la terre, l’herbe brunie et les trottoirs boueux apparaissent. Mais une vie nouvelle bat aux branches nues, au cœur des bourgeons.

Aux premiers jours du printemps, je me sens agité et quelque peu mal à l’aise. Mais je me prépare au changement et le malaise que je ressens favorise mon épanouissement. Dans ma famille dysfonctionnelle, le malaise ne me quittait pas. Je ne profitais d’aucune stabilité qui me permette de mesurer ou prévoir le changement. Aujourd’hui je serai heureux du désordre malpropre et je verrai dans mon agitation une sorte d’enthousiasme. Je me sens en sûreté entre les mains de ma puissance suprême. Mon potentiel se révèle et je sens une vie nouvelle monter en moi.

tiré de : Rokelle Lerner, L'Enfant intérieur - Un jour à la fois, Ed. Modus Vivendi, 1994
photo : ©Jacky Hairault, °Coin de pêche° - La Sèvre Niortaise, à proximité du Château de Coudray Salbart
https://www.flickr.com/photos/au35/13261934344/